.
 
 
> Accueil > Les adolescents > Consommation de pain > Les adolescents
Les adolescents

Les chiffres disponibles sont ceux de l'étude INCA et d'une étude Lilloise. Les chiffres de l'étude Lilloise ne permettent pas de distinguer la consommation des grands adolescents, de celle des adultes (plus de 18 ans au sens des apports nutritionnels conseillés)[1].

 

Etude INCA[2] : adolescents de 12 à 14 ans

Etude Lilloise[3]: filles de 17 à 25 ans

Etude Lilloise [4]: garçons de 17 à 25 ans[5]

88 g de pain et biscottes

76 g

106 g

 

Dans l'étude INCA, on observe une différence entre filles et garçons adolescents :

. Dès 11 ans, la proportion des filles consommant au moins 3 produits céréaliers ou autres féculents par jour, diminue : elle passe de 33 % chez les 8-10 ans, à 29 % chez les 11-14 ans.

. Dès 14 ans, chez les filles, la quantité quotidienne totale de glucides diminue.

. Chez les garçons, l'apport quotidien de glucides est maximal entre 14 et 18 ans, il diminue ensuite.

 

Cette différence peut avoir diverses raisons :

. Dès l'adolescence, les filles se préoccupent beaucoup de leur ligne, à plus ou moins juste titre[6]. Elles se mettent à sauter plus régulièrement le petit-déjeuner (pour 30% d'entre elles selon l'étude INCA) et/ou le goûter, repas dont la base est généralement un aliment céréalier.

. Les garçons, dont la croissance est plus tardive comparée à celle des filles, ont des besoins énergétiques, et par conséquent glucidiques, maximaux entre 14 et 18 ans.

 




[1] Martin A et al. Apports nutritionnels conseillés pour la population française, 3°ed. Ed Tec et Doc, 2000.

[2] Étude INCA : Enquête Individuelle et Nationale sur les consommations alimentaires 1999.

[3] Borgies B et al. Enquête sur le rôle et la place du pain dans l'équilibre alimentaire des étudiants de la métropole Lilloise. Médecine et Nutrition, 2001,37 (2) : 71-80.

[4]Ibid

[5] Afssa : Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments. Rapport : «Glucides et santé : Etat des lieux, évaluation, et recommandations », octobre 2004. 

[6] Choquet M, Ledoux S. Adolescents. Enquête nationale. INSERM 1994.

 


 
 

Haut de page