.
 
 
> Accueil > Les patients en surpoids > Pour les patients sous traitement > Indications nutritionnelles > Les patients en surpoids
Les patients en surpoids

Pour beaucoup de patients, « le pain fait grossir ».  Cette idée reçue reste ancrée dans les esprits, entretenue par divers régimes minceur médiatiques, qui bannissent voire interdisent les aliments sucrés tout comme le pain et les féculents : régime Atkins, méthode Montignac, régime « low carb ». On sait pourtant qu'une alimentation pauvre en glucides est hyperlipidique, et peut induire une hypercholestérolémie à moyen terme.


 
Pourquoi le pain ne fait pas grossir ?

Le pain apporte environ 50% de glucides complexes, mais quasiment pas de lipides (1% dans la baguette). Or, les glucides sont nettement moins énergétiques que les lipides, 4 kcal par gramme au lieu de 9 kcal.

Le pain est donc moins calorique que d'autres aliments qui peuvent le remplacer [1] :

 

- 50 g de pain (la valeur d'un pain individuel) = 130 kcal

- 50 g de biscottes (5 biscottes) = 195 kcal

- 1 croissant de 50 g = 205 kcal

- 50 g de biscuits secs type petit beurre = 200 kcal

 

Dans son rapport consacré aux glucides, l'AFSSA, qui a comparé différents types de régimes pour perdre du poids, recommande une alimentation pauvre en lipides, riche en glucides complexes, associée à de l'activité physique[2].



[1] Favier JC, Ireland-Ripert J, Toque C, Feinberg M. Répertoire général des aliments, Table de composition, CIQUAL-REGAL, 1995

[2] AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments). Rapport « Glucides et santé : état des lieux, évaluation, recommandations », octobre 2004.

 


 
Pourquoi le pain est indispensable dans un programme perte de poids ?

Riche en glucides complexes, source de fibres surtout lorsqu'il est complet ou aux céréales, d'index glycémique modéré (baguette de tradition française), le pain est un aliment « longue satiété ». Il protège donc des fringales qui conduisent à se jeter sur n'importe quel aliment et trop manger. Manger du bon pain est source de plaisir : lorsqu'on est au régime, moins on a de frustration, moins on risque les « craquages » intempestifs.


 
A quel repas manger du pain ?

Le pain est l'aliment de base du petit-déjeuner. Après une nuit de jeûne, il apporte les glucides qui permettent de bien se concentrer dans la matinée. Pour limiter l'apport énergétique, on peut tartiner de beurre ou de margarine allégé, voire de fromage frais pauvre en lipides (moins de 10 %), et éviter la confiture.

 

Le pain est essentiel à l'équilibre des repas principaux qui ne comptent pas de féculents (pâtes, pommes de terre.) : il fournit des glucides complexes, et allonge la satiété induite par ces repas.  

 

Le pain peut être consommé en collation, additionné de fromage allégé ou de jambon maigre. Comparativement à un grignotage qui a lieu sans faim et surstimule la production d'insuline, une collation consommée à horaire régulier en fin d'après-midi, ne fait pas grossir.


 
Combien de pain dans un régime minceur ?

Le niveau énergétique du régime dépend de l'alimentation spontanée et du niveau d'activité des patients. Un bon mangeur peut maigrir avec 2500 kcal par jour, tandis qu'une petite mangeuse doit se contenter de 1500 kcal.

 

La quantité de pain est donc à déterminer en fonction des habitudes alimentaires spontanées des patients, de leurs goûts, de leurs fringales.

 

A titre indicatif, on peut recommander :

 

- Au moins une demi-baguette de tradition française à Paris et 2/3 en province soit 100 à 150 g de pain par jour pour une femme

 

- Au moins ¾ de baguette à Paris et 1 baguette par jour en province, soit 150 à 200 g de pain par jour pour un homme


 
 

Haut de page