.
 
 
> Accueil > Les femmes enceintes et allaitantes > Consommation de pain > Les femmes enceintes et allaitantes
Les femmes enceintes et allaitantes

Dans l'enquête sur les femmes enceintes parisiennes [1], la consommation antérieure à la grossesse a été aussi étudiée. La consommation quotidienne de pain était en moyenne de 110 g (entre 62 et 150 g). Dans cette étude, les femmes enceintes avaient donc augmenté leur consommation de pain de 28 %.

 

 

Femmes enceintes parisiennes 1er trimestre de grossesse (15)

Femmes enceintes lilloises  2ème trimestre de grossesse (15)

Quantité de pain par jour

141 g (de 76 à 180 g)

nd

Apport énergétique quotidien

2232 kcal

2233 kcal

Apport de glucides quotidien

241 g

235 g

Contribution des glucides à l'apport énergétique

43 %

42%

 

 

[1] Potier de Courcy G, Deheeger M, Chaveroux, Cornet Ph, Fuchs F, Guilland JC, Lecerf JM (1998), L'alimentation des femmes enceintes parisiennes et lilloises. Cah nut et diet, 33, 1 : 29-41


 
Les femmes enceintes

L'hyperinsulinisme qui caractérise la grossesse au moins lors des deux premiers trimestres conduit à recommander des aliments glucidiques à index glycémique bas ou moyen (comme la baguette de tradition française). À noter qu'au cours du troisième trimestre apparaît une insulinorésistance, qui détourne le glucose maternel au profit des tissus fotaux.

 

Sauf poids antérieur à la grossesse insuffisant, ou gain de poids excessif durant la grossesse, « intervenir sur la quantité d'énergie spontanément consommée par la femme enceinte n'est pas justifié »[1].

 

Les femmes enceintes augmenteraient en moyenne durant la grossesse leur apport énergétique de 120 kcal par jour [2] et [3].

-         Les femmes enceintes de l'étude parisienne (14 / CCAF) avaient augmenté leur apport énergétique de 161 kcal par jour.

 

-         Le coût énergétique de la grossesse ne justifie pas systématiquement l'ajout d'un quatrième repas car les besoins énergétiques sont peu augmentés. Néanmoins, l'état métabolique particulier de mauvaise résistance au jeûne impose d'instaurer un goûter apportant des glucides complexes. Ce goûter répond aux sensations de faim accrues de la femme enceinte, il favorise un apport régulier de glucides au fœtus, il améliore le confort digestif en allégeant le volume des repas principaux.

 

Pour retrouver son poids de forme après une grossesse, il est important de ne pas diminuer les glucides complexes car cela revient à augmenter proportionnellement la part de lipides dans son alimentation.

 

Les pains complets et de seigle apportent les fibres nécessaires à la régulation du transit intestinal souvent perturbé (constipation, ballonnements) pendant la grossesse. Ces pains contiennent également des vitamines du groupe B qui participent au métabolisme des glucides et qui contribuent au bon développement neurophysiologique du fœtus.

 

De plus, le statut martial des femmes enceintes doit être surveillé de près, et les pains aux céréales entières sont bénéfiques car ils apportent du fer. Enfin, les pains spéciaux contenant des fruits secs ou des fruits à coque présentent également un index glycémique intéressant pour réguler l'insulinémie de la femme enceinte. Par ailleurs, les fruits à coque (noix, noisettes, amandes.) qu'ils contiennent apportent des acides gras oméga 3 indispensables au bon développement neurologique du fœtus.

 

 

[1]  Martin A et al. Apports nutritionnels conseillés pour la population française, 3e ed. Ed Tec et Doc, 2000

[2] Prentice A et al (1996). Energy requirements of pregnant and lactating women. Eur J Clin Nutre 50 (suppl 1) : S 82-S111.

[3] CCAF 2004 : Consommations et comportements alimentaires des Français, Volet INCA (CREDOC)

 

 


 
Les femmes allaitantes

Bien que le coût énergétique de la lactation soit évalué à 525 kcal par jour, les femmes qui allaitent n'augmenteraient leur apport énergétique que de 70 à 380 kcal [1].

 

On peut supposer que les réserves énergétiques acquises pendant la grossesse complètent les apports alimentaires (11 / Martin A et al).C'est d'ailleurs souhaitable, puisque le gain de tissu adipeux de la grossesse constituerait un facteur d'obésité (17 / Scholl TO et al).

- Il n'est donc pas justifié de conseiller un apport énergétique standard aux femmes qui allaitent (16 / Prentice A et al).

 

Selon la prise de poids durant la grossesse, et l'appétit, on peut préconiser un apport de glucides complexes, et un apport de pain et féculents, au moins équivalents à ceux d'une femme qui n'allaite pas : au moins par jour, 240 g de pain, et 250 g de féculents.

 

Comme pour la femme enceinte, un goûter peut être le bienvenu, afin de répondre en cours de journée à une sensation de faim accrue.

 

[1] Scholl TO et al (1995). Gestational weight gain, pregnancy outcome, ad pospartum weight retention. Obstet Gynecol 86 : 423-427.


 
 

Haut de page